Spectacle

Voici quelques extraits de notre spectacle « Histoire(s) de la Musique Tzigane » :

« Tout a commencé au début du premier millénaire. Des populations qui habitaient le nord de l’Inde furent expulsées de leur pays, de chez elles. On les considérait comme étrangères. Ces personnes furent appelées les tziganes. C’est ainsi que les tziganes se mirent à voyager de part l’Europe, continent le plus proche, et qui leur paraissait le plus accueillant. Ah, l’Europe ! Un Eldorado, rempli d’or, de promesses, et d’avenir. Voici l’histoire d’une enfant, emportée dans ces voyages, et dans cette quette d’une vie meilleure. »

« Pour atteindre l’Europe, Ladislava et sa famille traversèrent les pays du Moyen-Orient. Iran, Pakistan, Turquie et même Israël. C’est ici qu’elle rencontra Abraham, jeune garçon juif. Entre deux parties de Draydel, chacun fit découvrir à l’autre les chants de son pays. C’est ainsi que naquit la musique klezmer. Dans cette musique, on retrouve toutes les lamentations d’un peuple meurtri par l’exil. La tristesse parfume chaque mélodie, et la joie, les cris d’un monde qui n’a jamais perdu espoir. »

« Certains soirs, Ladislava repensait à cette comptine que sa maman lui chantait souvent. Elle s’appelait « Der Rebbe Elimelech ». Elle racontait l’histoire d’un rabbin qui avait perdu ses lunettes et qui appelait un à un tous les musiciens de l’orchestre pour le rejoindre dans une course effrénée. »

« Au bout de plusieurs mois de voyages, Ladislava et sa famille atteignirent enfin l’Europe de l’Est. Et pas n’importe quel pays, puisque c’est en Macédoine qu’ils décidèrent de s’installer pour quelques temps. Et force d’échanges avec les populations locales, émergea ce que l’on appellerait plus tard la musique tzigane des Balkans. »

« Ladislava grandit. Elle arrive en France. Les années 20. Époque même où une nouvelle musique afflue des États-Unis : le jazz. Et comme on aime à mélanger les genres et les origines, le jazz se marie à la musique tzigane pour donne le jazz manouche. »